Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation Du Site

  • : La géopolitique par Jacques Soppelsa
  • Contact

Cv Jacques Soppelsa

Agrégé de géographie , Docteur d'Etat ,et Professeur de géopolitique à l'université Paris I (Panthéon-Sorbonne). Retrouvez le Cv résumé en cliquant sur le lien suivant : Jacques Soppelsa

Recherche

Publications

1971 : Les Etats Unis (PUF)
1972 : Géographie Universelle (2 tomes) Livre du mois
1973 : Le Moyen  Orient (3 tomes) Mang
1975 : L'économie des Etats Unis (Masson). Livre du mois
1976 : La Géorgie méridionale et le Vieux Sud des Etats Unis (thèse)
1979 : Les grandes puissances (Nathan)
1980 : Géographie des Armements (Masson) Livre du mois
1981 : Histoire du Far West (Larousse  BD) 32 facsicules en coll.
1982 : La Terre et les hommes (Belin)
1984 : Des tensions et des armes (Publications de la Sorbonne)
1986 : Lexique de  Géographie Economique (en coll  Dalloz)
1988 : Lexique de Géopolitique (Dir. Dalloz)
1992 : Géopolitique de 1945 à nos jours (Sirrey)
1994 : La Patagonie (en coll. Autrement)
1995 : Los Frances en Argentina (en coll .Zago)
1996 : La dictature du rendement (Ellipses)
1997 : Dix mythes pour l'Amérique (Colin)
1999 : la démocratie américaine (Ellipses)
2001 : Géopolitique de l'Asie Pacifique (id)
2003 : Le Dialogue régional en Amérique Latine (Ellipses)
2005 : Les Etats Unis .Une histoire revisitée (La  Martinière-.Le Seuil)
2006 : "Dix morts en sursis" -Roman de Géopolitique fiction- Editions du Club Zero
2008 : Géopolitique du monde contemporain (en coll.) (Nathan)

2009 : Les sept défis capitaux du Nouvel Ordre Mondiale

2010 : Dictionnaire iconoclaste de l'immigration

2011 : Géopolitique et Francophonie

2012 : Louis XVII, La piste argentine

Archives

1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 22:58
La Tunisie contemporaine.De quelques commentaires géopolitiques.

.De quelques défis majeurs:

La Tunisie a célébré l'an passé le cinquantenaire de son Indépendance.Le pays est

désormais entré de plein pied dans l'univers des nations modernes,bien qu'elle doive

encore affronter un certain nombre de défis

-Défis démographiques, bien sûr,ayant pour corrolaire direct la délicate gestion d'une

urbanisation intense ou,au plan sociétal,l'inévitable confrontation des générations.

Les deux éléments clefs de sa géopolitique interne demeurent, ici,

-la persistance d'écarts relativement importants entre les différentes franges de la

société,comme en témoignent les chiffres fournis par les statistiques officielles elles

mêmes

Mais,au delà de ces problèmes (caractéristiques de tout pays émergeant et tentant de

s'évader de son statut ancestral de nation "sous développée")la Tunisie contemporaine,

au delà de nombreux atouts naturels ,c'est surtout deux décennies caractérisées par 

un indéniable processus de démocratisation.

Le bilan du régime (en dépit de quelques zones d'ombre)apparait comme singulièrement

positif.Le régime néo Destourien s'est d'abord astreint, non sans succès,à préserver,

voire à développer, les atouts de la géographie et les acquis de l'Histoire nationales.Les

grands principes démocratiques , initiés dès 1920 avec la création du Destour puis,en

1934, du Neo Destour, ont été systématiquement réaffirmés.Car la " nouvelle Carthage"

combat sans relâche le sectarisme , les extremismes et l'islmaisme radical.Ce n'est pas

un hasard, en ce domaine ,si c'est à Tunis que,le 5 Janvier 1998,se réunissait le Conseil

des Ministres du monde arabe, pour signer le premier accord de coopération antiterroriste

et préparer la première convention arabe de lutte antiterroriste.Et c'est encore à Tunis

que,sous l'égide du Président Ben Ali,fut acceptée la définition "légale" du terrorisme,

à savoir "un fléau totalemnt contraire à l'Islam, qui est une religion qui respecte la dignité

et la stabilité de l'homme alors que le terrorisme est un phénomène interational menaçant

sa vie et sa sécurité "(fin de citation).

Le Gouvernement a réussi le décollage économique et social de la nation.Les indicateurs

officiels publiés par les services ad hoc des Nations Unies,pourtant peu suspects de

favoritisme,sont "tous au vert".

Au plan de la vie politique,le premier mandat de Ben Ali s'était traduit par l'adoptio du

"Pacte National",en Novembre 1988,supprimant notament la Présidence à vie de l'ère

bourguibienne,la suppression des tribunaux d'exception,l'instauration de la parité entre

les hommes et les femmes.Ceci s'est poursuivi au cours des dix dernières années et les

paramètres les plus variés utilisés quant à l'analyse des données socio économiques

et démographiques (secteur éducatif, lutte contre l'analphabétisme,espérance de vie,

mortalité infantile etc..) sont tout à fait convergents,pour souligner le

"take off" contemporain de la Tunisie.

Son PIB a dépassé les 36 milliards de dollars l'an passé (soit ,eu égard à sa population

totale,de l'ordre de 10,5 millions d'habitants, un PNB de 3600 dollars);sa croissance

moyenne décénale s'élève à plus de 7% par an...Seul véritable point noir (tout est relatif

à l'échelle du continent africain) le taux de chômage était de l'ordre de 14% en 2006

L'Indice de Developpement Humain (IDH) ,par exemple,la place au premier rang des nations

dites du Tiers Monde quant à son évolution décennale;le pays occupe désormais le

second rang en Afrique quant au nombre de femmes cadres supérieues;et l'on pourra

noter qu'aujourd'hui, le Parlement tunisien compte davantage de femmes que son

homologue..français!

La Tunisie,par son dynamisme récent,( pour ll'ensemble des domaines socio économiques,

de l'énergie au commerce,du secteur manufacturier au tourisme de masse) par son

pragmatisme,et par son souci de lutter contre les principaux fléaux qui, malheureusemnt,

alimentent la chronique quotidienne de nombreux pays du Maghreb-Machrek, peut

jouer u n rôle majeur dans le concert des nations arabes du Proche Orient, des nations

africaines et,last but not least,des nations du bassin méditerranéen.A preuve,sur ce

dernier plan, la place appréciée que tient Tunis dans les initiatives communes prises

pour envisager l'instauration progressive de l'Euro Méditerranée et de ses objectifs,

générés par Barcelone ,en 1992.

J.Soppelsa

 

J.S.

.

_ _ _ _ _ _ _ _

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
J'ai du mal à partager votre optimisme sur l'évolution de la Tunisie, du moins en ce qui concerne la situation politique.
Certes la présidence à vie a été constitutionnellement supprimée. Simple artifice: est-il possible de mettre fin aux fonctions de M. Ben Ali, réélu avec 99,91% des voix en 1994, avec 99,44% des voix en 1999 et 94,49% en 2004? Vous noterez comme moi, toutefois, la légère décrue du score présidentiel: un espoir de changement ?
Je ne prétends pas connaître exactement le pays. Néanmoins, pour avoir eu la chance d'être en contact avec des Tunisiens, j'ai été frappé par l'absence de toute dimension politique dans nos échanges. Un professeur d'université était contraint d'en parler par voie d'allusions dans le train.
Alors oui, la Tunisie est un pays économiquement moderne, socialement développé; oui, la répression du terrorisme offre à ce pays une stabilité dans une région qui en manque singulièrement.
Mais à quel prix? Celui du renoncement des libertés politiques. Comme longtemps au Maroc,où l'islamisme était contenu d'une main de fer par Hassan II. Le roi chérifien mort, il ressurgit de façon sanglante. De quoi accréditer l'idée selon laquelle une dictature est préférable pour la paix internationale qu'une démocratie. Argument non totalement infondé mais qu'il m'est difficile de soutenir jusqu'au bout.
Mme Hibou a publié l'année dernière un ouvrage fort intéressant, au titre éclairant: "La force de l'obéissance. Economie politique de la répression en Tunisie". Le renoncement aux libertés politiques contre le développement économique et social. N'est-ce pas en quelque sorte ce que cherche, à sa faççon , à réaliser la Chine?
Répondre
S
Contrairement aux apparences, je suis à peu près d'accord avec votre analyse..Mon papier prétendait seulement (et modestement) évoquer les principaux caractères GEOPOLITIQUES de la Tunisie contemporaine et n'abordait pas la question (par aileurs fondamentale) de la donne politique intérieure..même si, je vous le concède volontiers,tout est lié..De la relativité des situations:il serait quand même difficile de nier les premiers acquis de la démocratie au sein du pays,surtout si on le compare à l'enemble des états du continent africain,en général. et de certains de ses voisns magrhebins en particulier