Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation Du Site

  • : La géopolitique par Jacques Soppelsa
  • Contact

Cv Jacques Soppelsa

Agrégé de géographie , Docteur d'Etat ,et Professeur de géopolitique à l'université Paris I (Panthéon-Sorbonne). Retrouvez le Cv résumé en cliquant sur le lien suivant : Jacques Soppelsa

Recherche

Publications

1971 : Les Etats Unis (PUF)
1972 : Géographie Universelle (2 tomes) Livre du mois
1973 : Le Moyen  Orient (3 tomes) Mang
1975 : L'économie des Etats Unis (Masson). Livre du mois
1976 : La Géorgie méridionale et le Vieux Sud des Etats Unis (thèse)
1979 : Les grandes puissances (Nathan)
1980 : Géographie des Armements (Masson) Livre du mois
1981 : Histoire du Far West (Larousse  BD) 32 facsicules en coll.
1982 : La Terre et les hommes (Belin)
1984 : Des tensions et des armes (Publications de la Sorbonne)
1986 : Lexique de  Géographie Economique (en coll  Dalloz)
1988 : Lexique de Géopolitique (Dir. Dalloz)
1992 : Géopolitique de 1945 à nos jours (Sirrey)
1994 : La Patagonie (en coll. Autrement)
1995 : Los Frances en Argentina (en coll .Zago)
1996 : La dictature du rendement (Ellipses)
1997 : Dix mythes pour l'Amérique (Colin)
1999 : la démocratie américaine (Ellipses)
2001 : Géopolitique de l'Asie Pacifique (id)
2003 : Le Dialogue régional en Amérique Latine (Ellipses)
2005 : Les Etats Unis .Une histoire revisitée (La  Martinière-.Le Seuil)
2006 : "Dix morts en sursis" -Roman de Géopolitique fiction- Editions du Club Zero
2008 : Géopolitique du monde contemporain (en coll.) (Nathan)

2009 : Les sept défis capitaux du Nouvel Ordre Mondiale

2010 : Dictionnaire iconoclaste de l'immigration

2011 : Géopolitique et Francophonie

2012 : Louis XVII, La piste argentine

Archives

20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 15:22
Après les incontournables définitions géographiques (qu’elles sont les limites et les spécificités du Pacifique Sud et des Etats de la zone),) et de la francophonie (cf.supra) l’approche géopolitique du sujet peut difficilement être axée sur un  autre thème que celui, tendances lourdes comme variables contemporaines, de la confusion (surtout aux yeux des anglophones)  des intérêts francophones  et des intérêts français !


 Le Pacifique Sud : des données géopolitiques exceptionnelles

Le Pacifique dans son ensemble, le Pacifique Sud en particulier, constituent la seule aire (par ailleurs gigantesque) où se rencontrent aujourd’hui tous les cas de figures géopolitiques, de la Superpuissance (influence indirecte) aux nations les moins avancées.
Les Etats Unis, par ailleurs riverains du Pacifique Nord, sont plus que jamais (y compris via des accords privilégiés comme l’ANZUS), présents dans le Sud, où  cohabitent des « puissances moyennes » à économie libérale, (Australie,  Nouvelle Zélande), des Etats  en voie de développement, (Indonésie), des P MA (Nouvelle Guinée - Papouasie) des micro états (du Vanuatu aux  Samoas, du Tonga au Tuvalu..) et des territoires liés à une puissance européenne, la France : le triangle  stratégique économique et politique de tout premier ordre : Nouvelle Calédonie, Polynésie, Wallis et Futuna, des territoires qui, au delà des problèmes de géopolitique interne que connaît la Nouvelle Calédonie, constituent un sujet de préoccupation majeur pour le binôme anglophone « australo-néo zélandais »...
Cette zone gigantesque et quasiment vide d’hommes (26 millions d’anglophones, dix fois moins de francophones) recense ainsi, par les aléas de l’histoire, une trentaine d’Etats Nations dont, certes 22 micro Etats.


 Avec, corolaire direct, une traduction géostratégique originale :

Si l’affrontement Est-Ouest, clef de voute du  système bipolaire a naturellement disparu avec l’implosion de l’Union Soviétique (Moscou avait multiplié en son temps les points d’appui et d’infiltration au Vanuatu,  à Kiribati, en Nouvelle Guinée) l’affrontement plus ou moins  feutré entre les puissances anglophones et la France  sont plus vivaces que jamais.

En fait, la « fracture des langues » entre ces quelques 26 millions de locuteurs anglophones et moins de trois cent milles francophones  constitue sans doute l’élément le plus constant dans l’évolution récente et contemporaine de la zone. « Il est parfaitement incongru de parler français dans le Pacifique Sud » pouvait déclarer, il y a quelques années, le Premier Ministre Néo Zélandais !

Cette « fracture » »  a joué un pôle nullement négligeable au plan religieux (eu égard au poids local des églises protestantes anglophones) et dans les avatars stratégiques qu’a connu la région  au cours des vingt dernières années (tensions avec la Nouvelle Zélande, Nouvelle Calédonie, politique nucléaire de la France, etc..)

De facto, la francophobie manifestée ici  masque peut être tout simplement l’hostilité des deux puissances héritières de l’Empire britannique à l’égard.de la France, obstacle à leur projection de puissance.
L’Australie en particulier, Etat-continent, face aux « vides » de l’Ouest (Océan Indien) et du Sud (Antarctique, « gelé » par l’application du traité éponyme de 1959) et bloquée au Nord par l’Indonésie (témoins les récentes péripéties au sujet du Timor Oriental) ne dispose que d’une seul possibilité d’expansion spatiale : l’Est ! C’est à dire vers le triangle des territoires français déjà évoqué.
En outre, depuis l’accès à l’indépendance de l’Algérie, la France a procédé durant plus de quatre décennies à des expériences nucléaires du côté de Mururoa qui  n’ont pas laissé indifférents, ni Wellington, ni Canberra.(cf.la poussée de francophobie exacerbée de l’été 1995 dans les principales agglomérations australiennes après la reprise des essais décidée par Paris au lendemain de l’élection de Jacques Chirac)


       Une fracture  linguistique qui resurgit sournoisement à travers les organisations supraétatiques,

…tout particulièrement via la « Communauté du Pacifique Sud et, plus édifiant encore, l’exemple du Forum des Iles du Pacifique Sud.


-La Communauté du Pacifique  Sud:

Créée en  1947  sous le nom de Commission du Pacifique Sud, elle regroupait à l’époque les six  puissances industrialisées directement situées dans la zone (Australie et Nouvelle Zélande) ou via leurs territoires (Grande Bretagne, France, Etats Unis, Pays Bas) Son but :
coordonner les aides au développement, dans tous les domaines, de l’ensemble de  la zone.
Elle s’est progressivement étoffée, avec les indépendances : 13 membres en 1990, 22 aujourd’hui, avec l’adhésion progressive de la quasi-totalité des micro Etats de la région, des Cook au Vanuatu en passant par Niu, Nauri, les Samoas ou Tonga…

Le Forum des Iles du Pacifique Sud.

Le rôle de la Communauté, au demeurant modeste, en dépit de la palette officiellement affichée de ses missions, est désormais  relégué à l’arrière plan au profit du Forum du Pacifique Sud, don l’action concrète est beaucoup plus révélatrice des liens entre les  « réserves » manifestées par maints Etats de la région à l’égard de la langue française et de la Francophonie ,d’une part, et leur hostilité vis-à-vis de la  France !.
Créé en 1971 sous le nom d e « Forum du Pacifique Sud (il changera de nom en 2000) son objectif est clair : « lutter dans la région contre l’influence  des puissances impérialistes  (les Etats Unis) ou colonialistes (la France).
Il recense aujourd’hui 16 Etats indépendants. La Nouvelle Calédonie et la Polynésie Française lui sont associées depuis 2006, date à laquelle  le Forum a aussi obtenu le statut d’observateur auprès des Nations Unies.
Le forum, qui a maintes fois condamné les expériences nucléaires françaises de Mururoa a obtenu, avec la bénédiction des Néo Zélandais et des Australiens) la signature du traité  de Rarotonga, en 1985,  exigeant la dénucléarisation du Pacifique Sud (Un Traité directement inspiré des  principes du traité latino américain de Tatlelolco).

Conclusion :

Malgré l’arrêt des essais nucléaires, l’hostilité de l’Australie et de la Nouvelle Zélande n’a pas totalement cessé à l’égard de la France au sein du Pacifique Sud. Les relations de cette dernière avec les membres du Forum se sont adoucies depuis 2006 ;  Mais, derrière la dénonciation plus ou moins larvée de la pratique de la langue de Molière, on devine sans trop de mal les objectifs purement géopolitiques des descendants directs des colonies de forçats de Sa Gracieuse Majesté !


BIBLIOGRAPHIE

Alain BENSA : Le Pacifique. Un monde épars -2000-Paris( L’Harmattan) ;

Jean Pierre HALLIER : la Commission du Pacifique Sud  -1997 (Nouméa)

Stephen  HENNINGHAM :  France and the South Pacific -1992- Sydney (Allen & Unin)

Nathalie MRGUDOVIC: La France dans le Pacifique Sud -2008- Paris (l’Harmattan)

Jacques SOPPELSA : Géopolitique de l’Asie Pacifique -2002- Paris (Ellipses)
Partager cet article
Repost0

commentaires

V
Porte Feuille Magnétique avec la pièce Talisman des 333 Pouvoirs
Ce puissant porte monnaie Magique multiplicateur d'argent des billets de Banque toute les jours à la possibilité de vous multiplier jusqu'a 1.000.000 Fcfa, soit 10.000$ ou 10.000€ , cela dépend du monnaie de votre continent. Ce puissant porte monnaie magique est le plus solliciter dans ma boutique exotérique , elle est sans aucune conséquences sur la personnalité de la personne qui l'utilise. Tel : 00229 64 86 07 29 , mail : voyance.louis@gmail.com
Répondre