Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation Du Site

  • : La géopolitique par Jacques Soppelsa
  • Contact

Cv Jacques Soppelsa

Agrégé de géographie , Docteur d'Etat ,et Professeur de géopolitique à l'université Paris I (Panthéon-Sorbonne). Retrouvez le Cv résumé en cliquant sur le lien suivant : Jacques Soppelsa

Recherche

Publications

1971 : Les Etats Unis (PUF)
1972 : Géographie Universelle (2 tomes) Livre du mois
1973 : Le Moyen  Orient (3 tomes) Mang
1975 : L'économie des Etats Unis (Masson). Livre du mois
1976 : La Géorgie méridionale et le Vieux Sud des Etats Unis (thèse)
1979 : Les grandes puissances (Nathan)
1980 : Géographie des Armements (Masson) Livre du mois
1981 : Histoire du Far West (Larousse  BD) 32 facsicules en coll.
1982 : La Terre et les hommes (Belin)
1984 : Des tensions et des armes (Publications de la Sorbonne)
1986 : Lexique de  Géographie Economique (en coll  Dalloz)
1988 : Lexique de Géopolitique (Dir. Dalloz)
1992 : Géopolitique de 1945 à nos jours (Sirrey)
1994 : La Patagonie (en coll. Autrement)
1995 : Los Frances en Argentina (en coll .Zago)
1996 : La dictature du rendement (Ellipses)
1997 : Dix mythes pour l'Amérique (Colin)
1999 : la démocratie américaine (Ellipses)
2001 : Géopolitique de l'Asie Pacifique (id)
2003 : Le Dialogue régional en Amérique Latine (Ellipses)
2005 : Les Etats Unis .Une histoire revisitée (La  Martinière-.Le Seuil)
2006 : "Dix morts en sursis" -Roman de Géopolitique fiction- Editions du Club Zero
2008 : Géopolitique du monde contemporain (en coll.) (Nathan)

2009 : Les sept défis capitaux du Nouvel Ordre Mondiale

2010 : Dictionnaire iconoclaste de l'immigration

2011 : Géopolitique et Francophonie

2012 : Louis XVII, La piste argentine

Archives

28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 12:47

Les analyses formulées dans cet article n'engagent que son auteur.

 

I Sa victoire.


 OBAMA ne pouvait pas ne pas être élu.


 Pourquoi ?

Les circonstances faisaient qu’une victoire écrasante était inévitable :

-après deux mandats républicains, la loi de l’alternance voulait que la victoire aille aux Démocrates.

-après deux mandats de George Bush, le président le plus  décrié de l’histoire récente des Etats –Unis, cette probabilité devenait une  quasi-certitude.

-la guerre en Irak et en Afghanistan, Guantanamo et la violation en série des droits de l’homme  ont lourdement pesé dans la balance.

-la crise financière a aussi joué un rôle décisif.

-la presse, et Hollywood, ont massivement soutenu Obama, candidat exotique et « libéral ».

-L’argent. Le candidat noir a bénéficié de quatre fois plus de ressources financières que son adversaire malheureux. Or, en matière électorale, la répétition (par les médias) fait souvent la conviction.

Wall Street (et les groupes de pression qui sont derrière ) a voté pour Obama (après l’avoir choisi et construit sa carrière bien plus tôt).

 -L’image. Un candidat jeune, beau et « bronzé » (selon il signor Berlusconi) - était opposé à un candidat blafard et, vraisemblablement, encore sous traitement.

 -La presse américaine, féroce, a mis en pièce la malheureuse Palin, bien trop jeune et trop fraîche pour remplacer, au pied levé, un président défaillant car malade et âgé. Le choix de son colistier par Mc Cain, qui a voulu « faire le malin »,  a effectivement été malheureux et s’est retourné contre lui.

-Le rôle du vote ethnique a été déterminant (les Noirs ont voté  Obama à 95 %, les Hispaniques à 60% et les Blancs à 30%. Le nombre des nouveaux électeurs inscrits , non « Caucasiens » pour la plupart  a atteint le chiffre faramineux de 10 % de l’électorat total.


Dans ces conditions, le plus curieux dans cette curieuse affaire est que l’écart de voix entre le vainqueur et le vaincu ne soit que de 10 % et non bien davantage. Ce qui donne à penser que la coalition qui a élu Obama est hétérogène et fragile à terme.


II Pourquoi il ne peut qu’échouer (sauf miracle).


-Ce n’est pas faute d’intelligence. L’homme est au contraire, très astucieux, très séduisant, disons le mot, fort sympathique. Mais ces qualités font un excellent candidat, mais pas forcément un bon président.

-Les circonstances économiques sont un vrai cauchemar et la situation inextricable.

Ce n’est pas en enfournant des quantités gigantesques de crédits publics dans l’économie américaine que l’on va rétablir une économie profondément déséquilibrée par 10 à 15 ans de folie démagogique, précisément fondée sur un excès de crédit.

Où et quand a-t-on vu guérir le mal par le mal ? Et le déficit  fédéral dans tout cela ? Et les impôts ? Et le déficit de la balance des paiements ? Et l’inflation ?

Les Etats-Unis ont, pendant plus d’une décennie, vécu largement au dessus de leurs moyens en faisant  appel démesurément  au crédit de l’étranger (Chine, Japon, Moyen-Orient etc.).

Un redressement fondé sur une sévère cure d’austérité est inévitable. Ce n’est pas en sauvant de la faillite les banques, puis l’ industrie, puis   l’automobile, puis le consommateur surendetté, que l’on  va guérir le mal mais, au contraire,  l’entretenir et l’aggraver. Pour guérir et revenir à la normale,  il faudrait souffrir, et durement. Obama sera-t-il capable d’appliquer ce traitement cheval à un  électorat qui attend tout de lui ?


-Car il ne peut que décevoir.

a) Sa communauté d’origine, les Noirs, qu’il a délibérément choisie en épousant « Michelle », dés le début de sa carrière (alors qu’élevé par des grands- parents blancs, il aurait pu faire le  choix inverse).

Les Noirs ont placé de grands espoirs en lui. Il ne pourra absolument pas y répondre, surtout dans les circonstances présentes. Déçus, les Afro Américains risquent fort de se retourner contre lui avec d’autant plus de violence qu’ils auront  perdu l’espoir.

b) Les Blancs qui, voyant s’éloigner les perspectives de redressement, n’auront que trop tendance à attribuer  cet échec à la couleur de sa peau.

c) L’étranger, notamment les médias , qui ont  massivement» « voté » pour lui sur tous les écrans du monde, par idéologie tiersmondiste onirique. Ils vont promptement réaliser que le nouveau président fera exactement comme l’ancien (ou pire), avec, peut-être, un peu plus de doigté.

 Obama va hérité du monde multipolaire tant réclamé. Mais c’est un monde grouillant de contradictions et riche de frictions (boîte de Pandore ou a can of worms ». L’Europe en particulier va souffrir et être contrainte de devenir, enfin, adulte, c'est-à-dire maîtresse de son destin.


Conclusion.

Personne ne sait encore qui est le véritable Obama, probablement même pas lui-même. Jouet  instrumentalisé de groupes de pression américains et étrangers ou nouveau Lincoln ? L’avenir se chargera de nous le dire.

-

Il a su astucieusement sacrifier à temps la chevelure afroasiatique de sa jeunesse au profit d’une coiffure très « européenne ».

Une confrontation avec l’Iran, et la Chine, est inévitable.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Cette analyse contraste avec l'obamania ambiante ,mais elle est,très pertinente & ce serait presque vous faire injure que de le rappeler,compte tenu de vos compétences & de votre parcours de spécialiste de l'histoire & de la géopolitique du monde actuel.
Ce qui me questionne ,c'est la façon dont va s'opérer le réveil des électeurs, lorsqu'ils réaliseront que ,sur le fond ,rien  ou presque ne va changer ,déficit budgétaire abyssal & endettement structurel & culturel oserais-je dire des "étatsuniens". L'Iran d'abord en politique étrangère, vives tensions ,contentieux ancien, amalgames ,poids du lobby pro-israélien, verrou de l'Afghanistan , retour des Russes dans le "grand jeu",disons à proximité, présence de la Chine dans de nombreux domaines. Croyez-vous à un rapprochement irano-russe, même si le refus iranien exprimé à la Russie/ via Gazprom induit une réponse sinon négative ,du moins un certain pessimisme. Autrement dit ,il me paraît difficilement concevable que la Russie laisse se perpétrer une agression envers l'Iran aux marges de ce qui demeure ,peu ou prou ,son glacis ?
Répondre