Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation Du Site

  • : La géopolitique par Jacques Soppelsa
  • Contact

Cv Jacques Soppelsa

Agrégé de géographie , Docteur d'Etat ,et Professeur de géopolitique à l'université Paris I (Panthéon-Sorbonne). Retrouvez le Cv résumé en cliquant sur le lien suivant : Jacques Soppelsa

Recherche

Publications

1971 : Les Etats Unis (PUF)
1972 : Géographie Universelle (2 tomes) Livre du mois
1973 : Le Moyen  Orient (3 tomes) Mang
1975 : L'économie des Etats Unis (Masson). Livre du mois
1976 : La Géorgie méridionale et le Vieux Sud des Etats Unis (thèse)
1979 : Les grandes puissances (Nathan)
1980 : Géographie des Armements (Masson) Livre du mois
1981 : Histoire du Far West (Larousse  BD) 32 facsicules en coll.
1982 : La Terre et les hommes (Belin)
1984 : Des tensions et des armes (Publications de la Sorbonne)
1986 : Lexique de  Géographie Economique (en coll  Dalloz)
1988 : Lexique de Géopolitique (Dir. Dalloz)
1992 : Géopolitique de 1945 à nos jours (Sirrey)
1994 : La Patagonie (en coll. Autrement)
1995 : Los Frances en Argentina (en coll .Zago)
1996 : La dictature du rendement (Ellipses)
1997 : Dix mythes pour l'Amérique (Colin)
1999 : la démocratie américaine (Ellipses)
2001 : Géopolitique de l'Asie Pacifique (id)
2003 : Le Dialogue régional en Amérique Latine (Ellipses)
2005 : Les Etats Unis .Une histoire revisitée (La  Martinière-.Le Seuil)
2006 : "Dix morts en sursis" -Roman de Géopolitique fiction- Editions du Club Zero
2008 : Géopolitique du monde contemporain (en coll.) (Nathan)

2009 : Les sept défis capitaux du Nouvel Ordre Mondiale

2010 : Dictionnaire iconoclaste de l'immigration

2011 : Géopolitique et Francophonie

2012 : Louis XVII, La piste argentine

Archives

14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 10:00

Après la convention républicaine, le New York Times publie un dessin humoristique. On y voit John McCain conduire Sarah Palin, sa candidate fraîchement choisie à la vice-présidence, dans une jolie décapotable dont le volant est monté au-dessus de la banquette arrière et fait face à l’arrière de la route. Les deux co-listiers se dirigent fermement, droit devant, vers le passé. 
On ne peut imaginer meilleur symbole pour représenter l’essence de cette convention. Et suggérer par contraste le degré auquel les discours prononcés à la convention démocrate la semaine précédente reflétaient les préoccupations actuelles des classes moyennes.
 

À Minneapolis, l’attention des intervenants autant que des médias s’est concentrée essentiellement sur les personnes, sur les biographies : McCain le héros, McCain l’ancien prisonnier de guerre, McCain le pilote homérique, McCain le rebelle, McCain l’iconoclaste. Palin la « maman hockey » (donc dotée d’assez de courage et de patience pour emmener régulièrement un fils à l’entraînement de hockey avec un équipement massif et se geler pendant des heures autour de la patinoire avant de le ramener), Palin la pourfendeuse du droit à l’avortement ayant valeureusement choisi d’accoucher d’un enfant trisomique, Palin la fustigeuse des politiciens corrompus au sein de son propre parti, Palin la chasseresse de caribou (on a moins mis en exergue son scepticisme à l’égard du réchauffement climatique, ses plaidoyers pour l’enseignement du créationnisme dans les écoles publiques, son soutien à la peine de mort, sa compréhension du politique comme expression de la volonté divine).

Tous ces spotlights illuminant des individus et des parcours personnels lors de la convention ont permis pendant quelques jours de maintenir une semi pénombre sur la pauvreté de l’ « offre » républicaine. Baisse des impôts, réduction des dépenses publiques et du rôle de l’État dans la vie économique et sociale, autorégulation des marchés - cette recette prônée par McCain est la quintessence de la pensée républicaine. C’est bien la formule qu’a appliquée Bush pendant huit ans, avec les résultats que nous voyons aujourd’hui sur les marchés financiers et de l’immobilier, dans la montée du chômage, dans la précarité que subissent 47 millions d’Américains sans protection de santé. Paradoxe suprême : alors même que pendant la convention McCain et ses co-équipiers faisaient l’apologie du non-interventionnisme cher aux Républicains, cette philosophie politique était sévèrement démentie par l’engagement du gouvernement fédéral dans le sauvetage de Fannie Mae et Freddie Mac, seule option pour éviter le désastre. Dans son ensemble, la convention a à peine fait état de la grave crise qui secoue le pays depuis plus d’un an. Il est vrai que Phil Gramm, le mentor de McCain en économie, estime qu’il s’agit d’une « récession mentale » et que les Américains sont devenus une « nation de chialeurs ».

On peut par conséquent s’étonner d’avoir vu McCain voler à Obama son thème principal en se présentant lui-même comme l’agent du changement à Washington. Sans doute y a-t-il là une habile stratégie de campagne visant à priver de son contenu l’affirmation identitaire majeure de l’adversaire.

Par contre, il n’est en rien surprenant que la résilience de la menace terroriste dont les Républicains font leur miel depuis le 11 septembre 2001, la guerre en Irak et la nécessité de continuer à y « combattre l’ennemi » aient été le motif récurrent de cette convention. Quoi de mieux que le discours de la peur pour éviter de faire le bilan d’une guerre interminable, ingagnable ? Quoi de mieux que le discours de la peur et la désignation répétée d’un ennemi extérieur commun pour fédérer, en l’absence d’un programme apte à mobiliser des énergies réparatrices, créatrices ?

De même l’injonction sans cesse répétée pendant ces quelques jours de « forer, forer, forer » (au large des côtes américaines et en Alaska) comme remède au moins temporaire à la hausse des prix de l’essence avait pour but secret d’exacerber le nationalisme de l’auditoire (l’argument étant une réduction de la dépendance à l’égard du pétrole étranger). Cette proposition recèle aussi le sempiternel sous-entendu républicain que les Démocrates, qui s’opposent à cette approche, sont déloyaux à la patrie.

À Denver où se tenait la convention démocrate la semaine d’avant, le contenu des discours donnait par contre à penser qu’Obama a bien capté ce qui angoisse aujourd’hui les classes moyennes américaines. La conscience de la crise, de la hausse des prix de l’énergie, de la faillite de l’immobilier, était omniprésente dans les propos. Quoique moins consistant qu’on aurait pu le souhaiter, le discours d’Obama était plus convaincant sur l’existence d’un vrai programme politique que celui de McCain. Il reflétait bien la formule mixte d’encouragement au travail et de société solidaire des plus faibles qui est seule garante de réussite dans une économie de plus en plus globalisée.

Plus remarquable encore était le discours de Bill Clinton et son diagnostic à la louable précision du double problème de l’Amérique de Bush : à l’intérieur, le rêve américain assiégé, et dans le monde, le leadership des États-Unis affaibli. 

Le programme démocrate, complété par l’audacieux plan environnemental défendu par Al Gore et l’engagement d’Obama d’élargir la protection de santé, semble donc bien apporter des réponses pertinentes aux maux de la société américaine pour aujourd’hui et pour demain.

Reste à savoir si Obama saura opposer une force suffisante à la machine républicaine, dont les campagnes l’emportent généralement en flattant les bas instincts de l’électorat indécis.

Rien n’est moins sûr.

Partager cet article
Repost0

commentaires

cristelle 15/09/2008 00:09

Publié par les-progressistes.fr crée par Eric BESSON Consulter le site :http://www.les-progressistes.fr