Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation Du Site

  • : La géopolitique par Jacques Soppelsa
  • Contact

Cv Jacques Soppelsa

Agrégé de géographie , Docteur d'Etat ,et Professeur de géopolitique à l'université Paris I (Panthéon-Sorbonne). Retrouvez le Cv résumé en cliquant sur le lien suivant : Jacques Soppelsa

Recherche

Publications

1971 : Les Etats Unis (PUF)
1972 : Géographie Universelle (2 tomes) Livre du mois
1973 : Le Moyen  Orient (3 tomes) Mang
1975 : L'économie des Etats Unis (Masson). Livre du mois
1976 : La Géorgie méridionale et le Vieux Sud des Etats Unis (thèse)
1979 : Les grandes puissances (Nathan)
1980 : Géographie des Armements (Masson) Livre du mois
1981 : Histoire du Far West (Larousse  BD) 32 facsicules en coll.
1982 : La Terre et les hommes (Belin)
1984 : Des tensions et des armes (Publications de la Sorbonne)
1986 : Lexique de  Géographie Economique (en coll  Dalloz)
1988 : Lexique de Géopolitique (Dir. Dalloz)
1992 : Géopolitique de 1945 à nos jours (Sirrey)
1994 : La Patagonie (en coll. Autrement)
1995 : Los Frances en Argentina (en coll .Zago)
1996 : La dictature du rendement (Ellipses)
1997 : Dix mythes pour l'Amérique (Colin)
1999 : la démocratie américaine (Ellipses)
2001 : Géopolitique de l'Asie Pacifique (id)
2003 : Le Dialogue régional en Amérique Latine (Ellipses)
2005 : Les Etats Unis .Une histoire revisitée (La  Martinière-.Le Seuil)
2006 : "Dix morts en sursis" -Roman de Géopolitique fiction- Editions du Club Zero
2008 : Géopolitique du monde contemporain (en coll.) (Nathan)

2009 : Les sept défis capitaux du Nouvel Ordre Mondiale

2010 : Dictionnaire iconoclaste de l'immigration

2011 : Géopolitique et Francophonie

2012 : Louis XVII, La piste argentine

Archives

19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 20:05
.

 

 

 

Cinquante ans déjà ! Un anniversaire oublié(1)

Pour vos dossiers

note du Cerems -2007

Quelques points d'histoire.

Dès la fin des années 50,un accord intervient entre l'Afrique du Sud et les Etats Unis mettant en place une collaboration nucléaire pour une durée de 50 ans (à partir de 1957).Celui ci prévoyait l'éventuelle fourniture d'un réacteur de recherche Safari-1,ainsi que la livraison de combustible par l'Etat américain.Un conglomérat national fut créé pour l'occasion,l'AEC (Atomic Energy Corporation) afin d'en gérer les activités. Situé près de Prétoria,à Pelindaba,d'une puissance de 20 Mw, il ne sera mis en service qu'en 1965. Ces installations avaient pour but,à terme,de permettre l'enrichissement de l'uranium sur le territoire sud africain.Suivra deux ans plus tard la construction d'un deuxième réacteur,Safari 2.Celui ci devait,en partie,contenir un projet de recherche sur un réacteur à eau lourde, projet qui sera abandonné en 1970,car trop coûteux.

Les recherches conduites depuis le début du programme vont être redirigées ,en 1971,sur ordre des dirigeants du pays, vers les PNE ("Peaceful Nuclear Explosion" ,soit l'utilisation de charges nucléaires à des fins civiles).Ce type de technologie était,à l'époque,largement ^romu par le gouvernement américain et le Laxrence Livermore National Laboratory.Le but de ces recherches était d'aboutir à une utilisation de cette technologie dans l'industrie minière,si importante pour le pays.L'AEC était chargé de mener à bien ce programme.N'oublions pas non plus l'acquisition d'informations sur la constrcution d'engins nucléaires militaires grâce à l'accord bilatéral avec les Etats Unis. On ne connait toujours pas officiellement la période durant laquelle ce programme dévia vers l'option militaire ! Cependant, on suppose que cette évolution majeure ne s'est pas déclenchée avant le milieu des années 70. Pour W;Stumpf,ex Directeur de l'AEC,la décision aurait été prise par le Premier Minsitre en 1977.En dépit du flou concernant les dates,il est avéré qu'en 1974 une usine d'enrichissement de m'uranium,surnommée Y-Plant,fut mise en service.A cette époque,le contexte était particulièrement complexe pour l'Afrique du Sud.En effet,en 1977,l'ONU vota l'embargo sur les ventes d'armes contre le pays,en représailles vis à vis de la politique d'apartheid de l'Etat d'Afrque australe. Le pays se retrouva isolé et surveillé par la communauté internationale,Etats Unis et URSS en tête.La CIA estimait à l'époque que la décision des dirigrants sud africains de se doter de l'arme nucléaire avait plusieurs origines. Le pays devait faire face en premier lieu à un isolement international auquel il fallait ajouter le spectre d'une menace militaire liée à la situation dans la région (conflits avec l'Angola,la future Namibie etc..)S'ajoutait à celà des veleités d'hégémonie régionale et,surtout,internationale.L'URSS était à l'époque très préoccupée par le programme nucléiare sud africain,et s'était penchée sur une éventuellle attaque préventive de l'Le programme nucléaire sud africain

ensemble des installations du pays.Il faudra un peu plus d'un an aux chercheurs pour arriver à finalsier un engin nucléaire.Cependant, cette arme ne disposait pas d'un coeur avec de l'uranium suffisamment enrichi car l'usien Y-Plant n'en produisait pas assez! Deux essais souterrains dans le désert du Kalahari furent programmés pour le mois d'Aout 1977,mais les Etats Unis et l'URSS découvrirent le site grâce à l'aide d'images satel!itaires.Les deux superpuissances firent pression sur l'Afrique du Sud afin qu'elle renonce à ce projet.Malgré celà,le 22 Septembre 1979,un satellite américain aurait détecté,dans l'Océan Indien,ce qui ressemblait à une explosion nucléaire!En l'absence de confirmation officielle,la porte a été ouverte à toutes les supputations.On a beaucoup parlé d'un essai conjoint entre l'Afrique du Sud et Israel sans avoir pour autant la moindre preuve.La collaboration entre ces deux Etats sur leurs programmes nucléaires respectifs reste encore à ce jour bien opaque.Israel est l'un des rares Etats qui a continué à collaborer avec l'Afrique du Sud après l'instauration de l'embargo sur les armes.Il semblerait que l'Etat hébreu se soit procuré de l'uranium auprès de l'Afrique du Sud en échange d'une aide probable au programme nucléaire sud africain.

Partager cet article
Repost0

commentaires