Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation Du Site

  • : La géopolitique par Jacques Soppelsa
  • Contact

Cv Jacques Soppelsa

Agrégé de géographie , Docteur d'Etat ,et Professeur de géopolitique à l'université Paris I (Panthéon-Sorbonne). Retrouvez le Cv résumé en cliquant sur le lien suivant : Jacques Soppelsa

Recherche

Publications

1971 : Les Etats Unis (PUF)
1972 : Géographie Universelle (2 tomes) Livre du mois
1973 : Le Moyen  Orient (3 tomes) Mang
1975 : L'économie des Etats Unis (Masson). Livre du mois
1976 : La Géorgie méridionale et le Vieux Sud des Etats Unis (thèse)
1979 : Les grandes puissances (Nathan)
1980 : Géographie des Armements (Masson) Livre du mois
1981 : Histoire du Far West (Larousse  BD) 32 facsicules en coll.
1982 : La Terre et les hommes (Belin)
1984 : Des tensions et des armes (Publications de la Sorbonne)
1986 : Lexique de  Géographie Economique (en coll  Dalloz)
1988 : Lexique de Géopolitique (Dir. Dalloz)
1992 : Géopolitique de 1945 à nos jours (Sirrey)
1994 : La Patagonie (en coll. Autrement)
1995 : Los Frances en Argentina (en coll .Zago)
1996 : La dictature du rendement (Ellipses)
1997 : Dix mythes pour l'Amérique (Colin)
1999 : la démocratie américaine (Ellipses)
2001 : Géopolitique de l'Asie Pacifique (id)
2003 : Le Dialogue régional en Amérique Latine (Ellipses)
2005 : Les Etats Unis .Une histoire revisitée (La  Martinière-.Le Seuil)
2006 : "Dix morts en sursis" -Roman de Géopolitique fiction- Editions du Club Zero
2008 : Géopolitique du monde contemporain (en coll.) (Nathan)

2009 : Les sept défis capitaux du Nouvel Ordre Mondiale

2010 : Dictionnaire iconoclaste de l'immigration

2011 : Géopolitique et Francophonie

2012 : Louis XVII, La piste argentine

Archives

23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 22:23

. La Mer de Chine méridionale.

.

La Mer de Chine méridionale.

 

La Mer de Chine méridionale offre un exemple régional où l'hégémonie chinoise s'est traduite par des conquêtes impliquant l'usage direct de la force militaire.Bien que cet usage de la force ne soit apparemment plus à l'ordre du jour, il n'en demeure pas moins que, tôt ou tard,la Chine escomptera probablement des autres pays riverains de la Mer de Chine méridonale qu'ils reconnaissent la souveraineté chinoise sur l'ensemble des archipels revendiqués par la Chine.

Des progrès significatifs ont été accomplis.On est passé de l'affrontement direct à l'exploitation commune.De ce point de vue,l'évolution des relations sino vietnamiennes est tout à fait remarquable.Des efforts de coopération ont été faits dans le domaine de l'exploitation pétrolière.Même si la question des archipels n'est toujours pas réglée,le dynamisme du dialogue régional doit être souligné.Car si la Chine est puissante, elle considère avec intérêt les autres pays de la région.Ils sont "des éléments constitutifs d'une nouvelle ère multipolaire".

Sans minimiser l'importance des enjeux pétroliers et maritimes,c'est plutôt dans le nationalisme des Etats riverains et dans la méfiance réciproque qui caractérise parfois encore leurs relations qu'il faut voir les causes des tensions dans cette région. La question des frontières ne relève pas seulement du litige territorial et juridique.Elle est également l'expression d'une politique de puissance.

Cette politique de puissance s'exprime également à travers la question du droit et de son impact sur la région. Quelle place peut tenir la loi dans des disputes internationales?Si l'on se place dans une optique purement juridique,on a tendance à réduire les litiges internationaux à de simples questions de droit.De ce point de vue,la question des archipels de la mer de Chine méridionale pourrait être résolue par un arrêt de la Cour Internationale de Justice ou par le Tribunal International du droit de la mer.

Au contraire,si l'on se place dans une optique "réaliste",alors la place du droit,et notamment du droit international,est singulièreemnt réduite.Les relations internationales sont régies par des jeux de pouvoirs,mais pas par des normes.Celà est encore plus vrai ,s'il n'existe pas d'institution capable de faire respecter les normes du droit international,fusse par la force.On le sait, "le droit chinois de la mer,comme dans l'ensemble des institutions chinoises,nait dans le contexte d'une société non juridicisée.Il n'a pas pour vocation d'aider à l'intégration d'une communauté internationale.Les principes et les normes chinois s'affirment pour ce qu'ils sont: non l'expression d'une acceptation formelle de l'ordre international ou d'un compromis négocié,mais les outils du développement et de la grandeur retrouvée"

On ne peut qu'insister sur le jeu d'échelles et de variables dont les archipels de la mer de Chine méridionale sont le centre.Or,s'il est un dénominateur commun à toutes ces échelles et à toutes ces variables,c'est peut être la volonté de puissance de la République Populaire de Chine: volonté de puissance vis à vis de ses voisins directs (au premier rang desquels le VietNam mais aussi l'ensemble des pays membres de l'Asean);volonté de puissance vis à vis des autres puissances asiatiques (le Japon et l'Inde);et enfin volonté de faire état de sa puissance face à la Russie et surtout face aux Etats Unis.

Loic Salmon.

Partager cet article
Repost0

commentaires