Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation Du Site

  • : La géopolitique par Jacques Soppelsa
  • Contact

Cv Jacques Soppelsa

Agrégé de géographie , Docteur d'Etat ,et Professeur de géopolitique à l'université Paris I (Panthéon-Sorbonne). Retrouvez le Cv résumé en cliquant sur le lien suivant : Jacques Soppelsa

Recherche

Publications

1971 : Les Etats Unis (PUF)
1972 : Géographie Universelle (2 tomes) Livre du mois
1973 : Le Moyen  Orient (3 tomes) Mang
1975 : L'économie des Etats Unis (Masson). Livre du mois
1976 : La Géorgie méridionale et le Vieux Sud des Etats Unis (thèse)
1979 : Les grandes puissances (Nathan)
1980 : Géographie des Armements (Masson) Livre du mois
1981 : Histoire du Far West (Larousse  BD) 32 facsicules en coll.
1982 : La Terre et les hommes (Belin)
1984 : Des tensions et des armes (Publications de la Sorbonne)
1986 : Lexique de  Géographie Economique (en coll  Dalloz)
1988 : Lexique de Géopolitique (Dir. Dalloz)
1992 : Géopolitique de 1945 à nos jours (Sirrey)
1994 : La Patagonie (en coll. Autrement)
1995 : Los Frances en Argentina (en coll .Zago)
1996 : La dictature du rendement (Ellipses)
1997 : Dix mythes pour l'Amérique (Colin)
1999 : la démocratie américaine (Ellipses)
2001 : Géopolitique de l'Asie Pacifique (id)
2003 : Le Dialogue régional en Amérique Latine (Ellipses)
2005 : Les Etats Unis .Une histoire revisitée (La  Martinière-.Le Seuil)
2006 : "Dix morts en sursis" -Roman de Géopolitique fiction- Editions du Club Zero
2008 : Géopolitique du monde contemporain (en coll.) (Nathan)

2009 : Les sept défis capitaux du Nouvel Ordre Mondiale

2010 : Dictionnaire iconoclaste de l'immigration

2011 : Géopolitique et Francophonie

2012 : Louis XVII, La piste argentine

Archives

21 septembre 2007 5 21 /09 /septembre /2007 18:03


De la hiérarchie des Etats nations.

Parmi de multiples conséquences,l'aventure nucléaire a aussi entrainé des bouleversements quant à la hiérarchietraditionnelle des Etats.Sur ce point, en dépit de l'inévitable ambiguïté des données de référence utilisés, la plupartdes géopoliticiens se rejoignaientpour dresser, tout au long du XXeme siècle, des tableaux hiérarchisés révélant, à la fois, l'importance des tendances lourdes et,conjoncturellement,l'impact saisissant de deux "variables",mais non des moindres,les deux conflits mondiaux !.
En 1914, la France et la Grande Bretagne,(avec leurs colossaux empires), l'Allemagne du Second Reich et la Russie tsariste,caracolaient en tête du peloton des Etats Nations,devant les Etats Unis,le Japon,l'Italie,voire l'empire austro hongrois.
En 1918, de sérieuses modifications se font jour: l'Allemagne est vaincue, l'empire des Habsbourg démembré, la Russie bouleversée au plus profond de ses structures.La Grande Bretagne ,suivie de la France, précèdent désormais de peu les Etats Unis (grands bénéficiaires politiques et économiques du conflit); le Japon et l'Italie suivent. En 1939, l'Allemagne hitlérienne domine, dans un contexte tragique,les démocraties anglo saxones, ,la Grande Bretagne et les Etats Unis...La France, vieillie dans bien des domaines, recule.Le Japon de la "Sphère de coprospérité"et l'Italie mussolinienne (les puissances de 'l'Axe) précèdent sans doute l'URSS. La fin du Second Conflit mondial va valoriser les deux géants physiques,à la taille de véritables continents,que sont les Etats Unis et l'Union Soviétique, désormais largement en tête , devant les "vieilles" puissances d'Europe Occidentale ,la Grande Bretagne et la France, précédant les grands vaincus de la seconde guerre mondiale, Italie, Allemagne,Japon..

Aujourd'hui, maints observateurs et analystes proposent, ici et là,à quelques nuances près,la hiérarchie suivante:Les Etats Unis, devant la Russie et l'Allemagne, les deux puisssances asiatiques,Chine et Japon;suivent la Grande Bretagne,la France, l'Italie,le Brésil, l'Union Indienne, le Canada ,le Pakistan..

Nous élevons de très sérieuses réserves quant à l'intérêt objectif de semblable approche; ladite hiérarchie ,par définition,ne prend en compte que les Etats Nations, ignorant toute la gamme des entités supra étatiques qui jouent désormais un rôle majeur dans le concert des relations internationales,aux plans géopolitique et géoéconomique: nous songeons en particulier aux firmes transnationales,(dont les budgets et les capacités d'interventions sont parfois largement supérieures à certaines "puissances moyennes") à certaines O.N.G. ou aux "organisations supraétatiques régionales (de l'ASEAN à l'ALENA, du Mercosur à l'APEC,ou, a fortiori, à l'Union Européenne) à l'heure de la"mondialisation".En outre,les hiérarchies en question reposent systématiquement sur l'utilisation des seuls critères économiques. Elle fait notamment la part trop belle à une référence aujourd'hui très controversée, le "Produit National Brut". Ce dernier, défini conme "la valeur avant investissement des biens et des services obtenus dans l'économie au cours d'une période donnée (comme pouvait le définir Raymond Barre) n'agrège que l' ensemble des productions marchandes Il sous évalue un grand nombre d'aspects positifs de la croissance, oublie de déduire certains aspects négatifs (Jacques Attali se plaisait naguère à souligner que " le "PNB augmente ave la pollution ou les accidents de la circulation") et s'avère,en définitive,bien mal adapté aux structures du monde contemporain.( L'O N U, mais nous y reviendrons,a décidé dès 1990 de le remplacer dans ses analyses comparées par un critère plus complet, l' Indice de Développement Humain) Le PNB, comme les autres critères strictement économiques utilisés par les instances officielles, semble donc tout à fait obsolète

Plus grave: semblable hiérarchie d'Etats Nations ,déjà très discutable en termes de géopolitique,et encore plus mal adaptée aux domaines de la géostratégie proprement dite.Elle ignore,.depuis plus d'un demi siècle, l'élément spécifique de la puissance qu'est la possesion de l'armement nucléaire.L'intégration de cette donnée primordiale dans le champ de réflexion des relations internationales nous autorise, semble t il, à proposer une triple hiérachie d'Etats radicalement différente:

-la (ou les) superpuissance (s);

-les autres membres du "Club Nucléaire" ;

-et les exclus de l'Atome.

La "Superpuissance" est en effet susceptible ,simultanément, de préserver son territoire national (thème de la "sanctuarisation") en dissuadant l'adversaire d'une éventuelle agression ,qui serait trop chèrement payée, tout en disposant d'un arsenal de forces conventionnelles telles que leurs capacités d'intervention extérieure est très élevé". Cette définition s'appliquait, à l'ère de la politique des Blocs et du système bipolaire, aux Etats Unis et à l'Union Soviétique. Elle ne s'applique plus, pour l'instant,qu'aux seuls Etats Unis...

-les autres membres du Club Nucléaire (la Russie,donc, mais aussi la France,la Grande Bretagne,la Chine Populaire,l 'Union Indienne,Israel,le Pakistan,(en 1998) la Corée du Nord (depuis quelques mois)  disposent de la maitrise de l'armement nucléaire, et intégrant dans leurs stratégies le "pouvoir égalisateur de l'atome", peuvent se sentir sanctuarisés.Mais,pour toute une kyrielle de raisons,elles n'ont pas (ou n'ont plus) la capacité de jouer le rôle de gendarme du monde et ne peuvent brandir l'hypothèse de l'utilisation de leur propre nucléaire que dans le cas où leurs intérêts vitaux ( et eux seuls) sont menacés.

-les exclus de l'arme atomique, enfin..toute la litanie des autres nations du globe,y compris celles qui ont volontairement décidé de refuser cette dernière .Mais nous touchons ici du doigt le phénomène incontournable, imprécis, mais plus que jamais d'actualité,de la prolifération.

 

Jacques Soppelsa


Partager cet article
Repost0

commentaires