Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation Du Site

  • : La géopolitique par Jacques Soppelsa
  • Contact

Cv Jacques Soppelsa

Agrégé de géographie , Docteur d'Etat ,et Professeur de géopolitique à l'université Paris I (Panthéon-Sorbonne). Retrouvez le Cv résumé en cliquant sur le lien suivant : Jacques Soppelsa

Recherche

Publications

1971 : Les Etats Unis (PUF)
1972 : Géographie Universelle (2 tomes) Livre du mois
1973 : Le Moyen  Orient (3 tomes) Mang
1975 : L'économie des Etats Unis (Masson). Livre du mois
1976 : La Géorgie méridionale et le Vieux Sud des Etats Unis (thèse)
1979 : Les grandes puissances (Nathan)
1980 : Géographie des Armements (Masson) Livre du mois
1981 : Histoire du Far West (Larousse  BD) 32 facsicules en coll.
1982 : La Terre et les hommes (Belin)
1984 : Des tensions et des armes (Publications de la Sorbonne)
1986 : Lexique de  Géographie Economique (en coll  Dalloz)
1988 : Lexique de Géopolitique (Dir. Dalloz)
1992 : Géopolitique de 1945 à nos jours (Sirrey)
1994 : La Patagonie (en coll. Autrement)
1995 : Los Frances en Argentina (en coll .Zago)
1996 : La dictature du rendement (Ellipses)
1997 : Dix mythes pour l'Amérique (Colin)
1999 : la démocratie américaine (Ellipses)
2001 : Géopolitique de l'Asie Pacifique (id)
2003 : Le Dialogue régional en Amérique Latine (Ellipses)
2005 : Les Etats Unis .Une histoire revisitée (La  Martinière-.Le Seuil)
2006 : "Dix morts en sursis" -Roman de Géopolitique fiction- Editions du Club Zero
2008 : Géopolitique du monde contemporain (en coll.) (Nathan)

2009 : Les sept défis capitaux du Nouvel Ordre Mondiale

2010 : Dictionnaire iconoclaste de l'immigration

2011 : Géopolitique et Francophonie

2012 : Louis XVII, La piste argentine

Archives

15 juillet 2007 7 15 /07 /juillet /2007 19:40

Au regard des drames humains et des tragédies géopolitiques contemporaines,d'une ampleur ouvent inouïe,engendrés notamment par le terrorisme islamiste, expression violente de la poussée de l'intégrisme fondamentaliste, il peut sembler superficiel d'évoquer semblable thème.Pourtant,avec un peu de recul, il nous parait,au contraire,peu courageux de se réfugier,au plan du verbe,en abordant semblable analyse,dans l'euphémisme ,la litote,l'allusion douçâtre,si souvent chères,il est vrai,à l'intelligentsia française.Une part importante de cette dernière fait souvent montre d'une lancinante constance dans l'aveuglement, voire, ce qui est, paradoxalement en apparence,plus dangereux encore, dans " l'humanisme hémiplégique". L'exemple du phénomène taliban est particulièrement édifiant! Mais,pour lever toute ambiguïté, il n'est peut être pas inutile de revenir au préalable sur ce concept "d'intelligentsia".. Elle représente, en France, une palette disparate et controversée: 2000 à 2500 intellectuels, pour certains spécialistes, moins de 200 penseurs "de premier plan",(sic) pour d'autres!Car chacun le sait, il y a intellectuels et intellectuels,penseurs et penseurs, "basse et haute intelligentsia", blottie notamment dans l'enceinte douillette des environs de St Germain des Prés! Ce qui nous concerne ci,ce sont, bien entendu,les prises de position et les analyses de "l'intelligentsia autoproclamée",celle qui, par essence,via le contact direct et constant avec ses amis des medias,est susceptible de "peser" sur l'opinion publique,voire sur certains décideurs. Cette intelligentsia autoproclamée,au delà d'une méconnaissance effarrante,voire d'une ignorance remarquable,des sujets internationaux qu'elle défend ou qu'elle condamne ( notre ami Régis Debray n'hésitait pas,naguère, à parler à son propos "d'ignorance hallucinante") a été longtemps fascinée ,jusqu'à la disparition du système bipolaire,par deux idéologies successivement dominantes, le fascisme et le marxisme. Désormais,non seulement les clercs refusent généralement la vérité,mais il apparait qu'une manière de terrorisme médiatique (come l'a dit fort pertinemment Jean François Kahn) les découragent d'en accepter les termes. Une sorte de pensée unique, aveugle (le mot est lâché!) reste,pour paraphraser Julien Benda,"solidement ancrée dans le terreau médiatique d'un conformisme de conivence".Il existe ainsi une homogénéité des prétendues élites françaises dans la mesure où "cette haute intelligentsia" appartient à l'establishment, habite les mêmes lieux,est issue des mêmes écoles, fréquente les mêmes cercles, y compris sportifs, bénéficie des mêmes avantages,et demeure uniformément obsédée par la seule reconnaissance de ses propres mérites,la préséance et le rang... Ceci étant,au risque de décevoir ladite intelligentsia,le poiuds de ses prises de position s'avère,en définitive,et c'est tant mieux pour la démocratie,tout à fait relatif! A l'aube du troisième millénaire,une demi douzaine de sondages,a priori sérieux,s'étaient rejoints (ce qui est rare)quant aux réponses à la question: Quel est,à votre avis,le poids des intellectuels quant à la prise de décision à portée internationale par les autorité concernées?"..1% des sondés répondaient "très important";11% "assez important" et quelques 82% "peu ou pas important du tout"..Et l'on pouvait mettre ces chifres en parallèle avec ceux de Guillebaud cités dans sa "Trahison des lumières": en France,le pouvoir réel est exercé,selon nos compatriotes (plusieurs réponses possibles) par les banquiers et les financiers pour 64%,les hommes politiques :54%;les chefs d'entreprises:44%;les medias: 37% et les intellectuels: 2%! Sans autre commentaire...

Exemple relativement récent (mais,en géopolitique,autant disposer, somme toute, d'un certain recul),entre 1995 et 2000 ,le "phénomène taliban"a sévi, et sensiblement de manière plus dramatique du côté de Kaboul que dans les cénacles parisiens. Rares furent le membres affichés de l'intelligentsia autoproclamée qui s'évadèrent d'une approche simpliste et angéliste du type (citations):"les Talibans sortent tous des écoles religieuses essaimées le long de la frontière afghano-pakistanaise;ils ont pris conscience des dérives,dans tous les domaines,des chefs de guerre et des chefs de bande moudjahidin".."en quête exclusive de pureté, ils vont initier un souffle nouveau sur ce pays martyr"; "portés par une vague inouîe de sympathie de la part du peuple,lassés des conflits et de la remise en question permanente des grands principes coraniques et n'aspirant qu'à la paix, au travail et à la pureté,les talibans peuvent se comparer à Napoléon quittant l'ile d'Elbe et volant de clocher en clocher etc.etc.. Quant à l'action proprement dite des talibans au cours de ce lustre pris en exemple,plusieurs "arguments pouvaient être relevés sous la plume d'éminents représentants de notre intelligentsia:
-l'argument de la "contre diabolisation": le Talibn,c'est l'autre;les Talibans ont été démonisés parce qu'ils représentent une autre culuture,défomée par les medias occidentaux";
-le "non respect de la spécificité des cultures"..Citons ,parmi bien d'autres,quelques appréciations:"l'imposition de la burqua,le port de la barbe et du turban,la fermetur des écoles de filles,l'interdiction du travail des femmes..tout ceci a abouti injustement à des jugements hostiles de la part des Occidentaux parce qu'ils ignorent la spécificité culturelle des Afghans" (sic) Affirmation qui confine à la caricature,voire,chez certains,à la complicité objective:Lors d'une émission de France Culture, un éminent universitaire n'alla t il pas jusqu'à dire que "pour la majeure partie de la population afghane,les quelques contraintes que leur imposent les Talibans ne sont qu'un détail dans leur vie quotidienne, des Talibans qui ont vigoureusement relancé la croissance économique au sein d'un milieu qui n'a cessé d'être perturbé depuis le Moyen Age" !!

Bref, pour ces "peuples frustres,les décrets talibans ne furent que de simples formalités à remplir;l'essentiel était de pouvoir enfin cultiver les champs en famille sans qu'un quelconque chef de bande ,prenant le relais de l'Armée Rouge,ne décide de venir les brûler"..
-l'argument "spatial" était également évoqué: "les décrets n'auraient été appliqués que dans la région de Kaboul. 'C'est là en effet que résidaient les grands enjeux politiques ! Une capitale démographiquement et ethniquement diversifiée,sucspetible d'être infiltrée .IL fallait contrôler les minorités;gouverner,c'est prévoir,c'est guérir.Les Talibans n'avaient pas le choix"(resic). Et c'est la raison pour laquelle, expliquaient nos penseurs,les Talibans durent multiplier les actes symboliques,comme la pendaison publique de l'ancien Président Nadlibullah,"pour montrer à la population que l'ancienne époque est révolue,qu'un ordre nouveau a été instauré,référencié à l'Islam, un ordre nouveau permettant à l'Afghanistan d'être enfin protégé des influences pernicieuses de l'Occident"...Ironie de l'Histoire.Alors qu'au tournant du siècle,l'intelligentsia,à quelques rares exceptions près, fustigeait allègrement le Commandant Massoud, (immortalisé par le regretté Christophe de Ponfilly), quelques mois à peine après sa disparition tragique,nos intellectuels n'eurent de cesse d'entonner,sans aucune vergogne,et avec une parfaite bonne conscience,les trompettes de la défunte renommée du Lion du Panchir et des vertus de ses hommes...

Décidément, les rues de St Germain des Près seront ,semble t'il ,éternellement pavées de certitudes...

Jacques Soppelsa

Partager cet article
Repost0

commentaires